Le changement c’est tout le temps !


Rêve fabuleux et éveil heureux : Une nuit enrichissante de rêves significatifs

Dans la nuit de mardi à mercredi, je me suis réveillée en plein milieu de la nuit, après un rêve fabuleux. Vraiment. Je ne me rappelle que très très rarement de mes rêves. Mais là, c’était prégnant.
Je nageais, au dessus d’une forêt, et c’était ultra agréable et frais, doux, beau. Des feuilles dorées qui bordaient mon visage, puis la nage s’est transformée en toboggan c’était fun, et je me suis réveillée. Trop heureuse, à 2h-3h du matin !

Exploration des rêves de nage et vol : Un retour exceptionnel après des moments de sérénité

Et là j’ai pensé : « Waouh ! J’ai parfois fait des rêves où je volais en nageant au dessus de la terre. Ado peut-être 3-4 fois. Puis jeune adulte 1 ou 2 fois. Toujours des rêves qui me sont restés. Et là, pour la 1er fois depuis 1 million d’années. »
Aucune idée de ce que signifient ces rêves je ne suis pas forcément fan de l’interprétation des rêves… Mais quoiqu’il arrive, ces rêves de nage / vol arrivent généralement quand je me sens bien et que je n’ai pas de soucis particulier. Des périodes d’insouciance.

Ce rêve est donc arrivé après que j’ai passé 2 jours en famille en Vendée, sans avoir à amener les enfants à droite et à gauche, juste un apéro/dîner entre amis le samedi soir. Puis après 2 jours de tournage -épuisants – toujours en Vendée avec une équipe resserrée et fun pour la suite de l’Expérience Club et du Bien Courir.
Je me suis donc dit sur le moment – du réveil nocturne – que j’étais bien, moins soucieuse et sereine. Après 9 mois de grosse remise en question professionnelle. C’est d’ailleurs ce que j’avais dit à quelques amis qui m’ont soutenu pendant ma tempête professionnelle de ce printemps-été 2023. « Ça va être très dur jusqu’en Janvier, ensuite je pense que ça passera. »

9 mois. De doutes absolus. De traversée de montagnes russes de mauvaises nouvelles en pires mauvaises nouvelles, de nouvelles idées en joies créatives, d’envies d’abandons à envies de tout recommencer en mieux …

whatsapp image 2024 01 25 at 16.56.56

L’acceptation du changement permanent : Un message de coaching pour une vie épanouissante

Je ne dis pas que je ne doute plus. Je doute encore et tout le temps, tous les jours. Au gré de vos messages Facebook, Instagram, YouTube, emails (que je lis tous). Et je ne pense pas être véritablement au bout de mon cheminement ni n’ai encore tellement appris de cette cassure pro. 

Par contre, et là c’est mon rôle de coach qui revient, c’est de vous rappeler que le changement : c’est tout le temps. À chaque instant, tout va changer. Votre vie familiale, professionnelle, sportive, santé, passionnelle. Tout change. D’ailleurs c’est la seule chose dont on peut être surs et certains : tout va changer. 

La normalité du changement : Restons connectés à l’évolution permanente

Alors restons connectés à ce changement permanent, et acceptons-le plutôt que de s’accrocher à vouloir rester comme c’est en ce moment. Il faut être mobile, flexible, tout en restant droit dans ses valeurs. Prêt rapidement à déménager, changer de lieu de vie, à vivre un choc émotionnel, une mauvaise nouvelle de santé … Ne pas en avoir peur, en faire une normalité. Accepter que c’est la normalité. Cela ne veut pas dire que l’on s’en fiche. Mais qu’on le vivra mieux. 

Vous connaissez cette anecdote (très américaine) ? Un militaire entrainé se prend une balle dans la jambes lors d’un combat armé. Au même moment, un homme de la même taille/force que ce militaire se prend une balle dans la jambes dans une fusillade au supermarché (oui très USA!). Et bien le degré de douleur et d’émotion/stress ressentis seront bien moindres chez le militaire que le civil, alors que la blessure est la même. 

Autrement dit : quand on est préparé à l’impact – tel un militaire entrainé, on vit mieux cet impact, si douloureux soit-il. 

Je pense que c’est ce que je retiens pour l’instant de ce chamboulement entrepreneurial. Je n’y étais pas du tout préparée. J’étais en mode croissance, succès, rien de m’arrête. Et n’ai jamais vraiment envisagé une rupture rapide du modèle. 

Préparation à l’impact et résilience : Leçons inspirées du chamboulement entrepreneurial

En sport, dans votre hygiène de vie, c’est la même chose. Soyons prêt à affronter une blessure, prêt à affronter une annulation d’une course, prêt à affronter une montée en charge de notre travail, une maladie d’enfant qui nous mettrons des bâtons dans les roues pour suivre nos intentions sportives / alimentaires. 

Arrêter de boire de l’alcool en étant préparé aux soirées de potes bien arrosées. Se préparer à un semi-marathon en étant prêt à repousser son dossard à cause d’une cheville blessée. Manger majoritairement végétal en étant prêt à croiser de temps en temps des dîners carnivores peu tolérants. 

Prêt au changement. Aux changements inéluctables. Pour mieux les vivre, les traverser, en ressortir plus fort. 

Ce qui aide aussi, c’est de ne pas s’identifier à une seule partie de nous même. Et pour le coup, le sport m’a énormément aidé. En galère entrepreneuriale j’ai investi d’avantage ma course à pied et ai bien progressé de ce côté là. Je me suis aussi davantage remise à écrire, à reprendre la lecture, la transmission blog/newsletter/podcast. Parce que je suis aussi une journaliste qui a des trucs à dire. 

whatsapp image 2024 01 25 at 16.56.58 1

Bref. Le changement, le jonglage entre les différents aspects de notre identité, la préparation aux turbulences permanentes. 

Tout change. A tout instant. Le changement est en nous et tout autour de nous. Préparons nous à l’impact et nous vivrons plus sereinement. Un livre – en anglais – vraiment bien écrit sur le sujet : Master of Change de Brad Stulberg. Je vous le recommande. 

Pour reprendre le fil de mon rêve et de ma nuit entrecoupée … En tant qu’ex insomniaque très expérimentée, au bout de 20 min où j’étais entrain d’écrire cette newsletter dans ma tête, j’ai commencé à baliser en me disant que j’allais être fatiguée le lendemain, que mes insomnies allaient reprendre, que c’était bientôt la pleine lune, que plus j’étais fatiguée physiquement moins bien je dormais … Et l’anxiété d’insomnie est revenue en quelques secondes. 

Alors pour reprendre le savant philosophe Zlatan Ibrahimovitch : « Qu’est-ce que c’est que le bonheur ? Ce sont des moments, des petits moments qui ne durent pas longtemps. Et l’argent n’a rien à faire là-dedans. » 

Je me suis dit alors à 3h du mat, qu’en effet : ce kiffe de rêve nage/vole et mood serein nocturne n’aura pas duré plus de quelques minutes. Avant que mes vieilles angoisses d’insomnies ne reviennent au galop. 

Des petits moments qui ne durent pas longtemps. Et du changement, toujours plus de changements.



Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *